Le blog, partie intégrante de ma vie ?

D’aussi loin que je puisse me rappeler utiliser internet, le blogging était présent.

Comme beaucoup de mon époque, j’ai utilisé internet lorsque j’étais au collège. J’ai très vite ouvert un – puis plusieurs – blog. À l’époque,il s’agissait de Skyblog ! Plateforme gratuite où chacun avait son blog, sorte de journal intime virtuel pourtant exposé aux yeux de tous.

Comme un électron libre, ces blogs ne me satisfaisaient jamais. Je les voulais à mon image, comme une extension online de moi-même qui représentait mes goûts et passions du moment. Et le propre de l’adolescence, en tout cas de la mienne, c’est de se passionner sans cesse ! Mes blogs se renouvelaient encore et encore… Sans jamais aboutir. Car c’est là mon plus grand défaut : me passionner mais vite abandonner.

Cette période m’a malgré tout beaucoup apportée. C’est grâce aux blogs que j’ai appris à maîtriser Photoshop, il y a de cela presque 12 ans ! Une passion pour le graphisme que j’ai pu réinvestir tant de fois, aussi bien sur un plan personnel que professionnel.

Blogging_vie_fleurs

Plus tard, pendant mes années université, j’ai voulu de nouveau me lancer dans l’aventure blogging sur un sujet qui me passionnait – et me passionne toujours – la beauté ! Très tendance, je n’étais qui plus est pas seule dans cette aventure et même si elle a été éphémère, elle m’a donné envie de créer. Créer une aventure entrepreneuriale. Et si je ne m’étais pas investie dans cette aventure par la suite, je n’aurais certainement pas repris mes études en marketing et communication pour finir où j’en suis aujourd’hui. C’est-à-dire Freelance E-Marketing !

Créer, je pense que c’est l’essence même d’un blog. Un espace où l’on peut s’exprimer et créer avec des mots. Or, moi, je ne sais créer qu’avec des mots ! Qu’on s’entende, je peux aussi faire du graphisme. Mais je n’ai pas l’âme d’une artiste… J’ai plus l’âme de la personne qui couche ses mots sur un papier… Ou en l’occurence, sur un clavier. Le blogging, l’écriture 2.0 ?

Et maintenant ?

Je reprends donc en tout simplicité un espace rien qu’à moi. Sans pression quelconque, en espérant le mener le plus loin possible…


Illustration : mon humble espace de travail.

Leave a Reply